politiques de l’accueil – rencontres de l’hospitalité

L’accueil

L’accueil est l’essence même de l’existence de Rosmerta puique l’ouverture du lieu est dû à l’impossiblité d’accueillir au sein du réseau solidaire de RESF les Mineurs non accompagnés refusés par l’ASE., et au silence pesant ou au déni de toutes les institutions sur cet état de fait.

Les deux premiers objets de nos statuts sont la mise à l’abri et la recherche de solutions d’hebergement et d’accueil pour des personnes migrantes en situation de précarité ou d’urgence.

Depuis Rosmerta s’est rempli, de 30 mineurs quelques mois apres l’ouverture, à 50 maintenant.
Depuis, la situation des MNA en france n’a cessé de se dégrader, puisque depuis la création du fichier central, l’errance est devenue institutionnalisée.

Depuis, les squatts ont été attaqués partout en France et peu de lieux restent de manière pérenne.
Le résultat est qu’actuellement de 4 à 10 jeunes sont refusés par Rosmerta chaque semaine, ceci sans aucune autre solution, les chiffres ont été donnés à la dernière AG environ 170 jeunes sont passés à rosmerta en 2022, seulement passés car il n’y avait pas de place.

Depuis, la gestion de l’acceuil a toujours poser question, dès 2019 les CR évoquent les changements de procédures, les difficultés, les choix, etc.

L’accueil a au final été pris en charge tout le long de ces 4 ans par 3 personnes. Deux d’entre elles ont démissionnées, alertant depuis longtemps sur la lourdeur, sans qu’une réponse soit trouvée.

Il est important aussi de savoir que l’accueil est un problème évoqué dans tous les lieux d’hébergement et bien sûr encore plus dans les “squatts”, l’arrivée des candidats à l’hébergement n’état pas du tout “triée” mais au contraire facilité par la rumeur.

Il est donc question de survie car nous savons par l’historique que certains lieux ont fermé face au trop d’affluence. Il est donc essentiel de garder une espèce de maitrise de l’accueil, car sinon nous n’aurons pas besoin d’expulsion, nous exploserons. Et ce phénomène, il faut en être conscient sera accentué avec notre pérennisation.

Nous devons donc nous atteler à trouver des formules qui ne seront jamais satisfaisantes mais qui évitent de faire reposer cette fonction sur 3 personnes. De plus nous insistons sue le fait que l’autre essence de Rosmerta, l’autre raison d’exister et le 3e objet de nos statuts est la mise en place d’actions pour la défense des droits. Or si les MNA se réfugient à Rosmerta c’est pour une seule raison leurs droits sont bafoués.

Premiers rendez-vous à Rosmerta:
mercredi 18 janvier à 18h30, dimanche 5 février à 15h00

Vous êtes tous et toutes les bienvenus